Cours d’anglais en 3e France – La proposition infinitive

Le Cours d’anglais en 3e de la France vise à développer l’autonomie des élèves, ainsi que leur capacité à s’adapter à des situations de communication variées, y compris lorsque celles-ci sont nouvelles et inattendues. Les élèves seront confrontés à des documents et des activités de compréhension et de reformulation présentant une plus grande complexité. Ils devront être capables de gérer avec souplesse le passage de l’écrit à l’oral, et inversement. En outre, la consolidation des compétences langagières s’accompagne d’une dimension culturelle : les élèves sont invités à explorer d’autres visions du monde, à mettre leurs références culturelles en perspective et à se projeter dans une dynamique de mobilité.

Voici les cours d’anglais de la classe de 3e en France. profiter de cette opportunité de téléchargement gratuit pour mieux préparer votre Brevet.

La proposition infinitive

1. Les verbes suivis d’une proposition infinitiveLes verbes qui sont suivis d’une proposition infinitive sont les suivants :

  • les verbes de déclaration.
    Ex. : dico, is, ere (dire), narro, as, are (raconter), nuntio, as, are (annoncer), fero, fers, ferre (rapporter), trado, is, ere (rapporter), respondeo, es, ere (répondre), scribo, is, ere (écrire), nego, as, are (dire que … ne … pas …), etc.
  • les verbes d’opinion.
    Ex. : credo, is, ere (croire), puto, as, are (penser), existimo, as, are (estimer), censeo, es, ere (être d’avis), etc.
  • les verbes de connaissance.
    Ex. : scio, is, ire (savoir), nescio, is, ire (ne pas savoir), etc.
  • certains verbes de volonté.
    Ex. : volo, vis, velle (vouloir), nolo, non vis, nolle (ne pas vouloir), malo, mavis, malle (préférer).
  • les verbes jubeo, es, ere (ordonner), prohibeo, es, ere (empêcher).
  • les verbes de sentiment.
    Ex. : gaudeo, es, ere (être content), laetor, aris, ari (se réjouir), etc.

Remarque : En cas de doute, il est conseillé de vérifier la construction d’un verbe dans le dictionnaire.2. Construction de la proposition infinitiveIl n’y a pas de conjonction de subordination pour introduire la proposition infinitive.

Le sujet de la proposition infinitive est à l’accusatif et le verbe à l’infinitif.

S’il y a un attribut du sujet, il est, comme le sujet, à l’accusatif.
Si le verbe à l’infinitif a des compléments, ils gardent leur cas habituel.

La proposition infinitive se traduit généralement en français par une proposition subordonnée complétive introduite par « que ».
Ex. : Germanos suis rebus timere voluit. (César, De Bello Gallico, 4, 16)
Il voulut que les Germains eussent peur pour leurs propres biens.
Germanos, à l’accusatif pluriel, est le sujet de la proposition infinitive.
Timere, à l’infinitif présent, est le verbe de la proposition infinitive.
Voluit est le verbe principal, suivi d’une proposition infinitive. C’est un verbe de volonté.
Suis rebus est complément du verbe de l’infinitive temere.3. La concordance des temps dans la proposition infinitiveEn latin, il existe trois temps de l’infinitif : le présent, le parfait et le futur.a. Le présentLe présent exprime la simultanéité des actions (les actions se passent en même temps).
Ex. :Scimus Romam in Italia esse. Nous savons que Rome est en Italie.
Cicero dixit Catilinae consilia patere. Cicéron a dit que les projets de Catilina étaient découverts.b. Le parfaitLe parfait exprime l’antériorité (l’action se passe avant) de l’infinitive par rapport au verbe principal.

Ex. : Narrant Romulum Romam condidisse. On raconte que Romulus a fondé Rome.
Romani narrabant Romulum Romam condidisse. Les Romains racontaient que Romulus avait fondé Rome.c. Le futurLe futur exprime la postériorité (l’action se passe après) de l’infinitive.

Ex. : Spero multa vos liberosque vestros in re publica bona esse visuros. (Cicéron, Pro Milone, XXVIII, 78)
J’espère que vous et vos enfants verrez de nombreux avantages dans l’Etat.

Juravit se nisi victorem in castra non reversurum (esse).(César, De Bello civile, III, 87, 5)
Il jura qu‘il ne reviendrait pas dans le camp autrement qu’en vainqueur.4. L’utilisation des pronoms et adjectifs possessifs dans la proposition infinitiveLorsque le sujet de la proposition principale et celui de la proposition infinitive sont identiques :

  • le pronom personnel est réfléchi (se à la 3e personne) ;
  • l’adjectif possessif a la forme réfléchie (suus, a, um).

Si ce n’est pas le cas :

  • le pronom personnel pourra être is, ea, id / hic, haec, hoc / iste, ista, istud ou ille, illa, illud ;
  • la possession s’exprimera avec le génitif de is, ea, id.

Ex. : Pater credit se beatum esse.
Le père croit qu’il est heureux, c’est-à-dire le père se croit heureux. 
Pater spectat liberum, credit eum beatum esse.
Le père regarde son enfant, il croit qu’il (= son enfant) est heureux.L’essentiel

La proposition infinitive se rencontre après les verbes de déclaration, d’opinion, de connaissance, de sentiment, après certains verbes de volonté et après des verbes qui signifient « ordonner, empêcher ».

Le sujet de la proposition infinitive est à l’accusatif, le verbe est à l’infinitif présent si les actions des deux propositions se passent en même temps, à l’infinitif parfait si l’action de l’infinitive est antérieure à celle de la principale et à l’infinitif futur si l’action de l’infinitive est postérieure à celle de la principale.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

11 + 4 =

Adblock détecté

Désactivez votre bloqueur de PUB pour continuer à naviguer